Golfe du Morbihan - ONCFS

L'intérêt ornithologique du golfe du Morbihan

Notez cet article
(9 Votes)
Envol de bernaches dans le golfe du Morbihan Envol de bernaches dans le golfe du Morbihan ONCFS
Par sa situation géographique le long du littoral atlantique français et en raison d'une diversité élevée de milieux humides, le golfe du Morbihan représente l'un des 20 sites majeurs pour les oiseaux d'eau en France.
Il joue surtout un rôle d'importance internationale pour les espèces migratrices et hivernantes (Bernache cravant, canards divers, limicoles), et accueille également un certain nombre d'espèces nicheuses.

Quelques chiffres sur les oiseaux dans le golfe du Morbihan :

Le site dépasse régulièrement le seuil de 20 000 oiseaux comptés simultanément à une période de l’année. Il s’agit essentiellement de la saison hivernale (octobre à février), où l’effectif total des oiseaux migrateurs et hivernants (anatidés et limicoles) se situe entre 50 000 et 100 000 oiseaux. Cette moyenne tend à baisser depuis une dizaine d’années.
Pour la saison 2007-2008, le pic d’abondance avoisinait les 57 000 oiseaux au mois de décembre.

Un nombre élevé de ces espèces figure parmi les espèces protégées en France, la Directive Oiseaux ou dans les listes d’espèces menacées :
- 149 espèces protégées au niveau national (92 parmi les oiseaux nicheurs et 57 parmi les espèces strictement migratrices ou hivernantes)
- 40 espèces de l’annexe I de la Directive Oiseaux, dont 16 sont nicheuses et 24 strictement migratrices ou hivernantes
- 111 espèces de la liste des espèces menacées ou à surveiller en France (45 espèces nicheuses et 66 espèces migratrices ou hivernantes)

Dans le cadre des "seuils Ramsar", pour évaluer l'importance internationale d'un site pour les oiseaux, on se base sur le fait qu'il accueille une proportion significative d'une espèce donnée, c'est à dire au moins 1% de sa population durant une phase du cycle annuel (reproduction, hivernage ou migration). La précédente synthèse de 2000, réalisée dans le cadre du lancement de la procédure Natura 2000, confirmait que le golfe remplissait les critères d’importance internationale pour 13 espèces.

Au regard des nouvelles estimations de population des espèces (critères internationaux), 11 espèces présentent des effectifs d'importance internationale dans le golfe du Morbihan en 2010 :
- spatule blanche (Platalea leucorodia)
- bernache cravant (Branta bernicla),
- tadorne de Belon (Tadorna tadorna)
- canard pilet (Anas acuta)
- canard souchet (Anas clypeata)
- avocette élégante (Recurvirostra avosetta)
- grand gravelot (Charadrius hiaticula)
- pluvier argenté (Pluvialis squatorola)
- bécasseau variable (Calidris alpina)
- barge à queue noire (Limosa limosa)
- sterne de Dougall (Sterna dougallii)
Ce n’est plus le cas pour le Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis) et le Harle huppé (Mergus serrator), même si les effectifs de ces espèces restent proches du seuil international des 1%.

Le golfe du Morbihan héberge également 19 espèces pour lesquelles il joue un rôle d’importance nationale :
- grèbe huppé (Podiceps cristatus)
- aigrette garzette (Egretta garzetta),
- garrot à œil d’or (Bucephala clangula),
- canard siffleur (Anas penelope)
- sarcelle d’hiver (Anas crecca)
- busard des roseaux (Circus aeruginosus)
- foulque macroule (Fulica atra)
- échasse blanche (Himantopus himantopus)
- courlis cendré (Numenius arquata)
- chevalier gambette (Tringa totanus)
- chevalier arlequin (Tringa erythropus)
- chevalier aboyeur (Tringa nebularia)
- goéland argenté (Larus argentatus)
- goéland brun (Larus fuscus)
- goéland marin (Larus marinus)
- sterne pierregarin (Sterna hirundo)
- Sterne caugek (Sterna sandvicensis)
- gorgebleue à miroir blanc de Nantes (Luscinia svecica)
- phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola)

Il est essentiel de noter que cette bonne connaissance des effectifs d'oiseaux dans le golfe du Morbihan est surtout liée au fait que des comptages y sont organisés depuis longtemps, notamment par Roger Mahéo, puis par l'ONCFS, la Fédération des Chasseurs du Morbihan ou les associations naturalistes (Bretagne-Vivante, Groupe Ornithologique Breton).
Depuis 5 ans, ces comptages sont effectués en commun, démarche adaptée à un vaste site comme le golfe et relativement exceptionnelle en France (ONCFS, RNN des marais de Séné, Amis de la réserve de Séné, Bretagne-Vivante, GOB, FDC56, Communes de Sarzeau et de l'Ile aux Moines, SIAGM).

zones d'accueil et fonctionnalités du golfe du Morbihan pour les oiseaux :

Les milieux jouant un rôle majeur pour le plus grand nombre d’espèces sont les vasières intertidales et les lagunes saumâtres, qu’elles soient à l’origine des marais endigués ou non. Ces milieux, notamment constitués par les herbiers de zostères naines et marines, représentent d'importants réservoirs alimentaires, très exploités par les espèces migratrices et hivernantes.
Les îles jouent un rôle majeur pour la nidification : goélands et sternes, canards, hérons et aigrettes.
Les eaux marines sont essentielles pour l’alimentation d’espèces marines comme les sternes, les grèbes et les canards plongeurs.
Plusieurs espèces exploitent des milieux anthropisés, au premier rang desquelles figurent les goélands, la sterne pierregarin (nid sur des embarcations), ainsi que le tadorne de Belon, le canard souchet et la foulque macroule qui utilisent les lagunages de station d’épuration.

La plupart des espèces d’oiseaux d’eau sont coloniales ou grégaires et présentent un mode de distribution agrégatif : un nombre limité de sites accueillent la majorité des effectifs. Pour le golfe, c'est notamment le cas en hiver, avec l'anse de Tascon et la baie de Sarzeau qui accueillent presque la moitié de l'effectif global, alors que ces deux sites ne représentent que 5% de la superficie du golfe ... La distribution des espèces en est d'autant plus concentrée. Par exemple, le canard siffleur présente une distribution très agrégative, les oiseaux se concentrant dans deux ou trois secteurs seulement. D'autres espèces présentent à l'inverse des effectifs très dispersés, comme le chevalier gambette qui est assez largement distribué sur l'ensemble des petits secteurs du golfe.

En cas de vague de froid, le golfe, bénéficiant de conditions météorologiques clémentes, est identifié comme zone de refuge climatique, pouvant accueillir d’importants effectifs d’anatidés supplémentaires.


Rassemblement d'oiseaux dans le fond de la baie de Sarzeau sur la zone de tranquillité. ONCFS, décembre 2008
.

L'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

L'ONCFS est un établissement public, sous double tutelle des Ministères de l'Ecologie et de l'Agriculture, en charge de la connaissance de la faune sauvage et de ses habitats, de la police de la chasse et de l'environnement et de l'appui technique auprès des décideurs politiques, aménageurs et gestionnaire de l'espace rural.  L'ONCFS est implanté dans tous les départements métropolitains et d'outre-mer.

Site internet : www.golfedumorbihan.org Adresse mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Plus d'articles dans cette catégorie : Comment compter les oiseaux dans le golfe du Morbihan ? »

Faune Sauvage du Golfe du Morbihan